Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Collection de minéraux
Université Pierre et Marie Curie

Les tectosilicates

Dans la famille des tectosilicates (vitrine 23 et 24), tous les groupes silicates sont reliés les uns aux autres, constituant ainsi une sorte de charpente dans tout l'espace. C’est pour cette raison qu’ils sont baptisés « tectosilicate » : le terme « tecto » dérive du mot grec signifiant charpente.

Un grand nombre de tectosilicates sont aussi des aluminosilicates, car une partie du silicium a été remplacée par de l'aluminium. Saviez-vous qu’après l'oxygène et le silicium, l'aluminium est l'élément le plus abondant de la croûte terrestre ?

La sous-famille des tectosilicates comprend les groupes des feldspaths, des feldspathoïdes et des zéolites. Certains feldspaths sont les constituants essentiels des roches les plus courantes dans la croûte terrestre, comme les granites et les basaltes. Extrêmement abondants, les cristaux de feldspath, comme ceux d’orthose, ont très souvent un aspect pierreux peu attrayant.

Les gisements d’orthose transparente sont rares. Le meilleur est celui de la région d’Itrongahi, à Madagascar, où l’orthose est d'une belle couleur jaune. Regardez le grand cristal jaune ambré de la vitrine.

 Ce cristal a d’abord été acquis par un marchand de pierres précieuses renommé, Pascal Entremont. Fier de sa trouvaille, il la montra à la collection, et avoua la destiner à la taille. Les personnes présentes émerveillées par ce spécimen, le supplièrent de préserver cette pièce splendide. Pascal Entremont finit par céder et donna même le cristal au musée.

C’est, aujourd’hui,  l’un des rares exemplaires intacts de cette dimension, et l’une des pièces majeures de la collection.

 

La vitrine 24 présente essentiellement des spécimens de feldspathoïdes et de zéolites.

La famille des feldspathoïdes se distingue des feldspaths par un pourcentage de silicium plus faible. On y trouve quelques minéraux colorés recherchés, comme la lazurite et l'afghanite.

La Lazurite est le composant majeur du lapis lazuli. Cette pierre d’un bleu profond est connue depuis la Haute Antiquité, où elle symbolisait les cieux. Les seules sources connues de lapis lazuli étaient alors les gisements d’une vallée reculée, celle de Kokscha, en Afghanistan.

Jusqu'au début des années 1970,  ce minéral ne semblait se trouver que sous forme massive. Mais des missions, engagées par le Laboratoire de Minéralogie-Cristallographie de Paris, ont permis d’en découvrir les premiers cristaux. Elles ont également conduit, en 1964, à la découverte de la première afghanite.

Les zéolites, quant à elles, forment une famille de plus de 80 espèces. Ce sont des minéraux souvent fragiles. Leur nom dérive du grec « zeon », qui signifie bouillir, car si on les chauffe, elles libèrent leur eau de constitution en bouillonnant. Elles se forment d’ailleurs très facilement lorsqu'une roche, souvent pauvre en silice comme le basalte, est « lessivée » par de l'eau chaude. Dans certaines sources pétrifiantes, les matériaux déposés sont des zéolites.

Appartenant aussi au groupe des zéolites, la mésolite se présente sous forme de fins cristaux assemblés en gerbes ou en boules. De belles mésolites ont été trouvées dans les années 1970, dans des carrières d’empierrement voisine de Bombay. Mais l'extension des zones habitées a conduit à leur fermeture en 1989.

02/07/15